A faire et ne pas faire pour les emballages recyclables

 

Les entreprises vendant des emballages qui perturbent les scénarios actuels de tri et recyclage risquent ,depuis 2021, de se retrouver dans le tarif Point Vert le plus élevé pour les emballages perturbateurs. 

Le Point Vert représente donc non seulement les coûts réels liés au parcours de recyclage d’un matériau spécifique, mais aussi un incitant financier pour les entreprises en vue de commercialiser des emballages plus recyclables. 

Le Point Vert, plus qu’un simple logo 

Les entreprises qui commercialisent des produits emballés sont tenues d’en assurer la reprise et le recyclage. La plupart des entreprises intègrent le système collectif de Fost Plus, qui les soulage de cette tâche. Cependant, ils paient toujours les coûts réels liés à la collecte sélective, au tri et au recyclage par matériau. C’est ce qu’on appelle le Point Vert. Plus il est difficile de recycler un matériau, plus l’entreprise paye un tarif élevé. En d’autres termes, le Point Vert oriente les entreprises vers des emballages conformes à nos scénarios de tri et de recyclage. 

Le logo Point Vert sur les emballages signifie que le producteur en question est affilié à Fost Plus.

Les emballages perturbateurs

Comme le stipule l’agrément, les emballages qui compliquent la collecte, le tri et/ou le recyclage, sont soumis à un tarif Point Vert dissuasif dès cette année. Cela doit encourager les entreprises à éviter autant que possible ces emballages. Cependant, le passage à un autre emballage prend du temps. La Commission Interrégionale de l’Emballage (CIE) a donc approuvé, à titre transitoire, une exonération temporaire pour trois types d’emballage.

  • Les bouteilles en plastique qui sont recouvertes à 70 % au moins (ou 50 % pour les bouteilles de moins de 50 cl) de sleeves composés d’un matériau autre que la bouteille et qui ne sont pas perforés.
  • Les emballages en plastique laminé avec une feuille d’aluminium.
  • Les emballages en carton laminé, comme les tubes ou boîtes de chips et de lait en poudre qui contiennent moins de 85 % de fibres de papier.

Les entreprises concernées doivent toutefois être capables de démontrer qu’elles prennent les mesures nécessaires pour retirer les emballages perturbateurs de leur gamme. Fost Plus suit ce parcours de près avec eux.

Pour les canettes en plastique avec le fond ou le dessus en métal et les emballages oxodégradables, le tarif dissuasif entre immédiatement en vigueur. Ces derniers sont d’ailleurs interdits par l’UE et sont donc presque inexistants sur le marché.

 

Plus il est difficile de recycler un matériau, plus l’entreprise paye un tarif élevé. En d’autres termes, le Point Vert oriente les entreprises vers des emballages conformes à nos scénarios de tri et de recyclage.

Une collaboration active avec les membres 

L’objectif de Fost Plus est de proposer une solution de recyclage pour chaque emballage ménager mis sur le marché. Actuellement, ce n’est toujours pas le cas pour près de 2 % des emballages. En collaboration avec ces entreprises, Fost Plus recherche des moyens d’intégrer le recyclage des emballages dès la phase de conception. C’est le Design for Recycling. Cela signifie, par exemple, que pour les emballages complexes composés de plusieurs matériaux, on passe à un mono-matériau ou que le sleeve qui entoure le produit est muni d’une perforation que le consommateur peut lui-même enlever pour ensuite trier correctement les deux matériaux. Nous veillons ainsi à trouver une solution de recyclage pour les 17 000 dernières tonnes d’emballages ménagers.

Téléchargez les directives Design for Recycling 

Les entreprises qui commercialisent un nouvel emballage doivent bien veiller à ce qu’il s’intègre dans le parcours de recyclage. Il existe cinq points d’attention majeurs :

  1. Optez pour des mono-matériaux et des mono-couches.
  2. Veillez à ce que le matériau puisse être détecté correctement dans les centres de tri.
  3. Évitez d’enduire à deux reprises les emballages en carton car cela empêche la récupération des fibres de papier.
  4. Les emballages compostables (biodégradables) ne font partie ni des PMC, ni des déchets organiques.
  5. Attention aux étiquettes et aux poignées, ainsi qu’aux colles et encres utilisées.

En savoir plus ? Découvrez en détail les directives Design for Recycling dans cette présentation. Vous avez d’autres questions ou une question spécifique sur les emballages ? Contactez nos experts en emballage.