Opinion - Une solution de recyclage pour chaque emballage

Opinion - Une solution de recyclage pour chaque emballage

Fost Plus comme moteur de l’économie circulaire des emballages.

Depuis le lancement du système de collecte à domicile des emballages ménagers, les chiffres du recyclage augmentent régulièrement. Au fil des ans, la Belgique s'est ainsi hissée dans le top européen en matière de recyclage des déchets d'emballages ménagers. Mais il nous reste encore des défis à relever. Fost Plus et les fédérations sectorielles Fevia, Comeos et Detic nous expliquent comment elles s'y prennent.

Un système efficace

Fost Plus a été créée à l’initiative de l’industrie et du commerce, afin de gérer la phase des déchets de leurs emballages. Cette initiative permet aux entreprises d’assumer leur Responsabilité Elargie des Producteurs. Aujourd’hui, plus de 25 ans plus tard, Fost Plus constitue plus que jamais le moteur de l’économie circulaire. Le modèle d’origine est devenu un système puissant dans lequel chaque partenaire, public ou privé, trouve sa place et joue son rôle. Grâce à une étroite collaboration tout au long de la chaîne et à l’efficacité du système de base, la Belgique atteint aujourd’hui des taux de recyclage de plus de 92 % pour les emballages ménagers. 75 % de ces derniers sont recyclés en Belgique, le reste étant assuré dans nos pays voisins.

Applications bottle-to-bottle

Notre vision déterminée à long terme nous a permis d’atteindre un taux de recyclage de 46 % pour le plastique dès 2019. Nous sommes aussi déjà certains d’atteindre 50 % pour 2020, soit cinq ans avant la date prévue par les objectifs européens. Nous avons collecté 89 % des bouteilles de boissons PET en 2019, et nous avons atteint un taux de recyclage de 91 % pour l’aluminium (y compris cannettes). 40 % des bouteilles de boissons PET collectées ont déjà été intégrées à des applications bottle-to-bottle. Grâce à la construction de la nouvelle centrale de recyclage PET de Charleroi, ce taux passera à plus de 50% à partir de 2022.

En tant qu’organisme agréé, ces chiffres sont vérifiés et audités très régulièrement par la Commission interrégionale de l’Emballage ainsi que par des bureaux indépendants. Fost Plus publie des rapports conformément aux règles fixées par l’Europe. Cela implique évidemment que les chiffres seront adaptés à la nouvelle méthode de calcul imposée par l’Europe dès que la transposition dans la législation belge aura été finalisée. Il en va de même pour tous les pays européens.

Un résultat optimal malgré les coûts les moins élevés

En Belgique, le coût de la collecte sélective, du tri et du recyclage des déchets d’emballages ménagers pour la société s’élève à environ 15 euros par habitant. Nous comptons ainsi parmi les moins chers d’Europe, alors que notre taux de recyclage de plus de 92 % nous place dans le peloton de tête. Cette situation s’explique par le fait que chaque entreprise qui commercialise un emballage sur le marché belge paie le coût exact de la collecte, du tri et du recyclage en fonction des matériaux utilisés. Ces coûts sont plus élevés pour les matériaux dont la chaîne de recyclage n’en est encore qu’à ses débuts étant donné qu’il faut encore investir dans la technologie. Par ailleurs, certains matériaux sont très prisés sur le marché du recyclage. Les emballages qui perturbent la chaîne sont par exemple soumis au tarif le plus élevé, parce qu’ils se composent d’une combinaison de matériaux difficiles à séparer. Cette approche encourage les entreprises à opter pour des emballages faciles à recycler.

Ce modèle de coûts entièrement transparent basé sur les matériaux et les activités est unique en Europe.  Étant donné que chaque matériau couvre ses propres coûts, la disparition éventuelle d’un matériau est sans incidence directe sur le reste du système. La coexistence de deux systèmes de collecte distincts en parallèle provoquera bien entendu une augmentation des coûts totaux. 

Renforcer la collecte et le tri en dehors des habitations dans la lutte contre les déchets sauvages

Nous passons de plus en plus de temps en dehors de chez nous. Cette évolution a un impact important sur la façon dont nous trions, et a malheureusement pour conséquence la perte de matériaux précieux, parce que les emballages concernés ne sont pas captés par notre système. Dans de nombreux cas, ces emballages finissent avec les déchets résiduels. Et dans le pire des cas, ils finissent en déchets sauvages.

Les emballages constituent en outre une fraction très visible des déchets sauvages. Par ailleurs, chaque bouteille ou cannette jetée sans réfléchir le long des routes contient des matières premières secondaires précieuses qui ne profiteront donc pas à l’économie circulaire. D’un point de vue écologique et sociologique, mais aussi dans une perspective économique, Fost Plus et l’industrie accordent donc une grande importance à la lutte active contre les déchets sauvages.

C’est pourquoi nous évaluons et nous adaptons en permanence nos principes pour faire face à cette réalité changeante et pour atteindre l’objectif d’un doublement du volume de PMC collectés en dehors des habitations d’ici 2023. Il n’existe pas de solution miracle en la matière. Par le biais de projets pilotes, nous recherchons la meilleure façon de capter ces emballages consommés à l’extérieur. L’industrie assume une responsabilité supplémentaire en rendant ses emballages moins propices aux déchets sauvages, par exemple avec des bouchons fixés aux bouteilles de boissons.

Création d’emplois

Cinq nouveaux centres de tri et une capacité de recyclage accrue dans notre propre pays représentent une injection d’environ 700 millions d’euros dans l’économie circulaire locale au cours des années à venir, et permettront de créer plus de 500 nouveaux emplois directs et deux fois plus d’emplois indirects dans un secteur à l’épreuve des crises. Fost Plus et les fédérations sectorielles Fevia, Comeos et Detic sont plus que jamais convaincues de l’importance de poursuivre sur la voie engagée.